Cy Twombly / Centre Pompidou

 

couverture-catalogue-twomblyCY TWOMBLY
> Sous la direction de Jonas Storsve
Centre Pompidou
320 pages / 44,90 €

Sous la direction de Jonas Storsve, ce catalogue  officiel retrace l’étonnant parcours et l’œuvre de Cy Twombly, de ses premiers travaux marqués par les arts primitifs, le graffiti et l’écriture, jusqu’à ses dernières peintures monumentales. Des témoignages et documents inédits soulignent la personnalité hors du commun de l’artiste. Son œuvre synthétise une richesse d’expériences rare, avec de multiples pérégrinations entre pays et cultures, et des lectures incessantes. Le livre fait une part belle à l’iconographie avec plus de 300 illustrations dont certaines inédites (peintures, dessins, sculptures, photographies). Une chronologie détaille vient compléter ce beau-livre, émaillée de scènes de vie de Cy Twombly, racontées par Nicola del Roscio. Ce livre a été voulu comme une polyphonie.
Propos  de Jonas Storves. «  Immense, riche et complexe, l’œuvre de Cy Twombly se déploie sur une période de soixante années qui fut l’une des plus fécondes que l’histoire de l’art récente ait connues. Son œuvre fait le lien entre la culture américaine de l’après-guerre, dominée sur le plan artistique par l’expressionnisme abstrait et la culture méditerranéenne que Cy Twombly découvre encore jeune et qu’il fait sienne, tout en restant très proche de son univers natal, le sud des États-Unis, que nous autres, Européens, connaissons avant tout à travers sa littérature : William Faulkner, Carson McCullers, Flannery O’Connor ou encore Tennessee Williams… L’immense culture que Cy Twombly acquiert est extrêmement riche et originale et se ressent dans toute son œuvre. Ses lectures l’emmènent loin : Goethe, Hérodote, Homère, Horace, Keats, Mallarmé, Ovide, Rilke, Sappho, Spenser, Virgile, sont tous cités dans ses œuvres. D’autres auteurs moins attendus, comme Lesley Blanch, Robert Burton, George Gissing ou le poète mystique perse du XIIIe siècle Djalâl-al-Dîn Rûmî apparaissent de façon plus ou moins marquée. L’image que nous avons de Cy Twombly, peintre lettré, de l’Olympe grec et de l’histoire antique, est une image juste, mais partielle. Tout est en effet beaucoup plus complexe qu’il n’en a l’air. L’aspect sophistiqué de son travail est traversé par une attention constante aux réalités vernaculaires, plus ou moins visible, mais bien présente. Cy Twombly avait l’esprit délicieusement mal tourné, lorsqu’il le voulait. » 

www.artactuel.paris > NOTRE AVIS On ne peut pas parler de catalogue, mais de livre total concernant Cy Twombly. Il y a bien sûr le panorama complet de cette grande rétrospective de l’œuvre de Cy Twombly présentant des peintures, des sculptures, des dessins et des photographies, mais le focus est plus important en ce qui concerne  les peintures. Trois séries ont été retenues, scandant l’exposition chronologiquement. Le premier cycle est celui Nine Discourses on Commodus qui fait référence à divers épisodes de la vie de l’empereur Commode (161-192), mort assassiné comme le fut John Fitzgerald Kennedy, plusieurs siècles plus tard, événement tragique qui précéda la réalisation de ce cycle . Lors de la visite de presse, Jonas Storsve nous invita à aussi peut-être à le considérer sous cet angle. Magistral.  Le second cycle est Fifty Days at Iliam. Mythologie grecque : Achille, Patrocle, Hector y sont évoqués dans un incroyable mélange de points d’impact, de griffures, de bribes de noms, de chiffres et de signes. Incandescence. Le troisième est un autre cycle fabuleux, Coronation of Sesostris, pour lequel son propriétaire François Pinault eut un coup de foudre à la galerie Gagosian de New York. le thème du dieu solaire égyptien, le cycle de la vie, dix toiles de format différent, se terminant par un hommage à la poètesse Sapho. Ce catalogue propose tout un ensemble d’approches comme les textes de Kirk Varnedoe et de Nicholas Cullinan. On y trouve aussi des essais sur certains aspects et certaines périodes de l’œuvre et, aussi, l’histoire de la constitution de deux grandes collections d’œuvres de Cy Twombly (celle du couple Brandhorst et celle d’Yvon Lambert). Avant que Nicola Del Roscio nous replonge dans l’intimité chronologique et intime de Cy Twombly.

COMMENTAIRES