Man Ray

 

Blad_Man_Ray.inddMAN RAY
> Par Alain Sayag et Emmanuelle de l’Écotais
Delpire
224 pages / 60 €

Ray (1890-1976) est un artiste majeur du 20e siècle. Peintre, photographe et réalisateur américain, il est une figure importante du mouvement dadaïste à New York, puis du surréalisme à Paris où il s’installe dans les années 1920. Man Ray s’est toujours défini comme un « touche-à- tout », un dilettante, un paresseux, cultivant la désinvolture et récusant toute contrainte économique et sociale. Mais ce n’est qu’une posture qui vient masquer un véritable travail de photographe professionnel. Éminent technicien, artisan de l’image, adepte de la mise en scène, ses images sont en réalité le résultat d’une application minutieuse. Surimpressions, inversions, solarisations, rayogrammes, etc. ne sont pas, contrairement à ce que l’artiste veut nous faire croire, le fruit du hasard, mais l’aboutissement d’expérimentations complexes qui ont marquées d’une empreinte toujours perceptible l’histoire de la photographie.Cet ouvrage, nourri de nombreux clichés et des textes de deux grands spécialistes de la photographie, Alain Sayag et Emmanuelle de l’Écotais, propose une lecture renouvelée du travail du photographe : de ses portraits à ses nus, de ses compositions aux rayogrammes, de la mode à la couleur, nous sommes invités à redécouvrir un Man Ray à la fois artisan et visionnaire.
Les auteurs. Alain Sayag a créé le cabinet de la Photographie du Centre Pompidou en 1981. Emmanuelle de l’Écotais est chargée des collections photographiques du Musée d’art moderne de la ville de Paris. Tous deux ont organisé de nombreuses expositions sur les grandes figures de la photographie (Man Ray, Brassaï, Lartigue, William Klein, etc.) et ont publié plusieurs ouvrages. Ils sont reconnus comme des spécialistes de l’œuvre de Man Ray. Une redécouverte du travail surréaliste d’un photographe visionnaire à travers ses multiples facettes. À la fois artiste et artisan, Man Ray a révolutionné l’art photographique.

www.artactuel.paris > NOTRE AVIS
Lorsqu’on évoque le nom de Brassaï, spontanément, ce sont des images en noir et blanc dont on se souvient d’abord. Mais les auteurs ont en décidé différemment en ce qui concerne ce beau livre de format carré, puisque c’est une photographie en couleur qui a été choisie : la très jolie Jacqueline Goddard, immortalisée vers 1934. Ce sont d’ailleurs, d’autres portraits couleur, ceux d’Ava Gardner et de Juliet qui concluent l’ouvrage, publié 50 ans après sa disparition en novembre 1976.  Nous avons aimé nous laisser guider dans une rétrospective de sa rencontre avec Marcel Duchamp, de la série dite des objets dada, ses portraits de Francis Picabia, Joan Miro ou Salvador Dali, ses rayographies, ses coups de foudre comme avec Kiki de Montparnasse, Lee Miller ou Meret Oppenheim. Un bel ouvrage autour de celui qui savait même rendre les galets érotiques.

COMMENTAIRES